Découvrir l’univers de Vincent Sarda, c’est entrer dans une forme d’exploration picturale qui s’effectue d’une toile à l’autre entraînant le spectateur dans les profondeurs des déclinaisons multiples et potentiellement infinies d’éléments langagiers propres à l’artiste.

 

La palette de Vincent Sarda est essentiellement faite de bleus et de noirs. Du bleu ciel presque blanc au bleu de travail, au bleu nuit presque noir, du très noir lustré moleskine aux gris innombrables

 

Dans ce camaïeu de couleurs froides assombri par les noirs très présents, l’utilisation d’une couleur chaude vient exceptionnellement conforter les teintes prédominantes. Traces, tâches, formes de coulures travaillées, empreintes, grattages, frottages, graphismes, dessins au fusain ou à la craie, traits noirs à l’aérosol constituent la substance et la matière des toiles.

 

Le regard est saisi par la diversité des techniques entremêlées, absorbé par les contrastes, les constellations et les trous noirs de ces galaxies inédites d’une immense densité.

 

A travers une démarche introspective personnelle, désignant le travail des hommes de sa famille comme vecteur de réflexion et de transmission, Vincent Sarda développe une œuvre qui, restituant la naturalité de la peinture, s’impose avec force.

 

 

Sylvie Veyrac

 

 

Vous aimez ? Partagez...

L'illumination philosophique de Laurent Lamy :

"Le silence semble nous renvoyer par essence à un au-delà, à une transgression de la limite. C'est en cet au-delà même que nous sommes appelés à écouter : écouter être une partition, une musique indéfinissable et dont on parlerait pourtant, écouter aussi un tableau, au sens claudélien de l’œil qui écoute : " Je crois, dit Paul Claudel, que nous comprendrions mieux les paysages hollandais, ces thèmes de contemplation, ces sources de silence, si nous apprenions à leur tendre l'oreille en même temps que les yeux."

Laurent Lamy