En attendant, Ta beauté si fugace, Oooh, Arrogances, By night, Feux d’artifice, Kiss, Oui mais Non,

 

Bottes bleues, Plages, Barrières, Refuges, Rien, Tout, Va bien, Trans, Aaah, Le tour du monde,

 

Hors saison, Les étourneaux, Les cocottes,

 

Incipit…

 

Ainsi commence… l’œuvre peinte de Gaëlle Dubois. Les titres s’invitent et inventent les poèmes peints. On ne saura lesquels précèdent les autres  et comment ils s’intriquent. On saisit à la volée, des bribes d’histoires, des fragments d’images en mouvement, des transparences furtives qui laissent peut-être entrevoir d’autres déclinaisons.

 

Le regard se promène d’une toile à l’autre, enregistrant au passage les variations sur un thème, une petite musique par-ci, une autre par-là, et l’on revient pour entendre à nouveau le poème car il y a, on ne sait quoi, qui nous arrête. Un poème, des peintures, trois répliques, ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait autres, comme les trois points de suspension d’un récit en train de s’écrire. Ainsi « Bottes bleues, Bottes jaunes, Bottes blanches ».

 

Cette divagation picturale révèle l’immanence poétique de l’œuvre qui tout à la fois échappe et captive. La beauté discrète des peintures de Gaëlle Dubois exerce le charme de celles et ceux qui ne cherchent pas à séduire et  qui, simplement, nous réjouissent.

 

 

Sylvie Veyrac

 

Vous aimez ? Partagez...

L'illumination philosophique de Laurent Lamy :

"Toutes les fautes sont égales. Il n’y a qu’une faute : ne pas avoir la capacité de se nourrir de lumière".

Simone Weil

(La pesanteur et la grâce)

"Le silence semble nous renvoyer par essence à un au-delà, à une transgression de la limite. C'est en cet au-delà même que nous sommes appelés à écouter : écouter être une partition, une musique indéfinissable et dont on parlerait pourtant, écouter aussi un tableau, au sens claudélien de l’œil qui écoute : " Je crois, dit Paul Claudel, que nous comprendrions mieux les paysages hollandais, ces thèmes de contemplation, ces sources de silence, si nous apprenions à leur tendre l'oreille en même temps que les yeux."

Laurent Lamy

" En sauvant la couleur et le son, la saveur d'un mot, l'artiste, sans le vouloir explicitement, ressuscite la vérité la plus primitive du monde de notre vie que la savant ensevelit; en créant des figures et des mythes, il interprète le monde et institue en permanence un jugement éthique sur notre existence, même si il ne moralise pas ; surtout si il ne moralise pas. "

Paul Ricoeur, Histoire et vérité.  

 

"La couleur est à la peinture ce que le concept est à la philosophie."

Gilles Deleuze