Véronique Barthe a une façon bien à elle de jouer sur les mots. Ses images relèvent tantôt du slogan, tantôt du calligramme, parfois du pictogramme, avec toujours le souci du détail typographique et de la mise en page graphique tendant vers l’équilibre abstrait des plages colorées.

 

La lettre, le mot, l’association, la répétition ou l’agencement des mots sont autant de signes signifiants. Un savant dosage de poésie, d’humour, d’humeur, de sociologie et de philosophie, l’air de rien, à petite touche sans y toucher, Véronique Barthe construit son langage propre et nous révèle un univers artistique drôle et grave,  ludique et caustique, léger et profond.

 

Lettres rébus, comptines contemporaines, mots à tiroirs, envers des mots, jeu de miroir, sens dessus dessous et sens de l’à-propos, figure de style, et stylisation d’images…  toute une panoplie sémantico-stylistique que l’artiste utilise avec maestria pour nous régaler de perles linguistiques et graphiques.  

 

Les œuvres de Véronique Barthe s’apprécient comme autant de gourmandises, elles sont savoureuses, riches, sucrées ou salées, toujours délectables, parfois amusantes, souvent délicates, jamais ennuyeuses.  L’esprit et l’œil du spectateur sont délicieusement sollicités par la lecture de ces images aux sens cachés, aux jeux de devinettes, à l’humour trompeur et aux mises en forme révélatrices.

 

D'une image à l'autre, l'artiste nous entraine vers le décryptage de son univers artistique et mental, dévoilant progressivement une œuvre dont les dimensions s'exportent bien au-delà du champs strictement plastique ou conceptuel.

 

Sylvie Veyrac 

 

Vous aimez ? Partagez...

L'illumination philosophique de Laurent Lamy :

"Toutes les fautes sont égales. Il n’y a qu’une faute : ne pas avoir la capacité de se nourrir de lumière".

Simone Weil

(La pesanteur et la grâce)

"Le silence semble nous renvoyer par essence à un au-delà, à une transgression de la limite. C'est en cet au-delà même que nous sommes appelés à écouter : écouter être une partition, une musique indéfinissable et dont on parlerait pourtant, écouter aussi un tableau, au sens claudélien de l’œil qui écoute : " Je crois, dit Paul Claudel, que nous comprendrions mieux les paysages hollandais, ces thèmes de contemplation, ces sources de silence, si nous apprenions à leur tendre l'oreille en même temps que les yeux."

Laurent Lamy

" En sauvant la couleur et le son, la saveur d'un mot, l'artiste, sans le vouloir explicitement, ressuscite la vérité la plus primitive du monde de notre vie que la savant ensevelit; en créant des figures et des mythes, il interprète le monde et institue en permanence un jugement éthique sur notre existence, même si il ne moralise pas ; surtout si il ne moralise pas. "

Paul Ricoeur, Histoire et vérité.  

 

"La couleur est à la peinture ce que le concept est à la philosophie."

Gilles Deleuze